CLub de l'Histoire de l'Anesthésie et de la Réanimation

La première mesure de pression veineuse

Exposition 2003 - Congrès de la SFAR - Paris

date de publication : septembre 2003

Numérisé par : CHAR
  mise en ligne : vendredi 7 novembre 2008


En pratique clinique, la mesure de la pression veineuse est passée par 3 étapes :

- mesure dans une veine périphérique par voie non sanglante à partir de 1902
- mesure dans une veine périphérique par voie sanglante
- mesure dans une veine intra thoracique par un cathéter veineux central à partir de 1960

_
L’hôpital universitaire de Strasbourg, alors sous direction allemande, a largement contribué aux deux premières étapes.

En 1906 von Recklinghausen, titulaire du laboratoire de pharmacologie expérimentale, a publié un important travail sur la mesure de la pression dans les différentes catégories de vaisseaux, e, particulier les veines sous-cutanées, par voie non sanglante à l’aide de dispositif manométrique. En 1910, Moritz et von Tabora, à la clinique médicale, ont été les premiers à mesurer la PV par voie sanglante dans une veine du pli du coude.

_
Ils avaient mis au point un dispositif de mesure, le phlebotonometer composé, comme les appareils actuels, d’un tube manométrique à hauteur variable, d’un réservoir contenant du soluté de Ringer pour remplir le tube et rincer la tubulure, d’une tige horizontale avec un niveau à bulle pour mettre sur la même horizontale le zéro du tube manométrique et le centre de l’oreillette droite, fixé à 5 cm en arrière du plan cutané de la 4è côte.

Dans ces conditions de mesure, la PV périphérique normale était comprise entre 4 et 8 cmH2O, elle était de 20-25 cmH2O chez l’insuffisant cardiaque et pouvait monter aux alentours de 40 cmH2O lors de la toux et de la manœuvre de Valsalva.
De nombreux appareils ont été essayés notamment celui de Frank et Reh à double manchon.

La PV était alors mesurée pour évaluer la fonction cardiaque et le tonus des veines et a donné lieu à de nombreux travaux.

La première publication française sur la mesure de la PV périphérique par voie sanglante chez le sujet en état de choc a été faite par Bourde, Jouve et Arnaud de Marseille en 1936 et la première sur sa surveillance peropératoire a été faite par Franchebois de Montpellier en 1955.

La mesure de la PV centrale à l’aide d’un cathéter dans une veine thoracique a été introduite à partir des années 1960.