CLub de l'Histoire de l'Anesthésie et de la Réanimation

Réanimation à domicile en 1954

Assayas Lucien

date de publication : 1954

Présentation rédigée par Cazalaà Jean-Bernard   mise en ligne : dimanche 16 mars 2008


Docteur Lucien Assayas

Lors d’une consultation d’anesthésie le Dr Assayas m’a raconté cette histoire je lui ai demandé de l’écrire comme un témoignage et il l’a fait avec plaisir pour notre site internet. Qu’il en soit remercié.

"J’ai été appelé dans la nuit du samedi au dimanche vers 0h30 pour une dame de 91 ans qui faisait un œdème du poumon. La mère, le fils et la fille étaient sourds et muets. La fille m’a écrit d’emblée sur une petite ardoise qu’elle s’opposait à une hospitalisation. J’ai demandé aux voisins d’appeler un cardiologue, sans succès, et en 1954 le SAMU n’existait pas.

Le traitement de l’OAP en ces temps reculés consistait en saignée (illusoire avec une TA à 5 de maxima, pouls imprenable), l’ouabaïne impossible à faire.
Après un premier arrêt cardiaque, j’ai pu faire repartir le cœur, le bouche à bouche étant assuré par la fille vers 1h30 du matin.

Le deuxième arrêt cardiaque est survenu une heure après le premier. Le massage cardiaque a fait repartir le cœur et j’ai pu faire passer une d’ampoule d’ouabaïne en IV et des tonicardiaques en IM.
Je suis resté au chevet de la patiente pendant une heure et troisième arrêt cardiaque. En désespoir de cause j’ai pratiqué une adrénaline intracardiaque et environ 30 CC d’un cocktail de solucamphre, heptamyl etc.….

Vers 5h 30 du matin la mort paraissait sûre (mydriase, pas de pouls, test à l’éther en s/c positif). J’ai signalé à la famille que je passerai le dimanche en fin de matinée pour le certificat de décès.

Vers 11h du matin, je suis arrivé chez la patiente " défunte ". Je l’ai trouvée dans son lit en train de prendre son café au lait !!! Le vrai décès est survenu 2 ans après, à 93 ans . Et voilà ….."