CLub de l'Histoire de l'Anesthésie et de la Réanimation

  • Les éditoriaux

  • Assemblée Générale - 14 mai 2022 17h30
  • 46e réunion scientifique du CHAR 1er avril 2022 (09h00 - 12h15)
  • La rentrée 2021 du CHAR
  • CHAR et francophonie
  • Réunion scientifique du CHAR - samedi 27 mars 2021
  • Nouvelle année et assemblées générales
  • Réunion Scientifique du 24 Septembre 2020
  • Après le confinement, le CHAR se réveille (juillet 2020)
  • Vidéos de la réunion SFAR/CHAR du 20 septembre 2019
  • Vidéos de la réunion SFAR/CHAR du 20 septembre 2019
  • Hommage à Louis LARENG
  • 16 octobre, le jour de l’éther
  • Les 20 ans du CHAR septembre 2019
  • La nouvelle année 2019
  • Char et 60e congrès national de la SFAR sept 2018
  • La rentrée de septembre 2018
  • 2018, quels changements pour le CHAR ?
  • 16 octobre 1846 et Journée mondiale de l’anesthésie
  • Le CHAR fête ses 18 ans
  • nouvelles octobre 2016
  • Nos réunions scientifiques de septembre 2016
  • Actualités mars 2016
  • septembre 2015
  • Les nouvelles de juin 2015
  • Nouvelles de décembre 2014
  • Les bonnes surprises de la rentrée
  • Les bonnes surprises de la rentrée
  • Editorial de décembre 2013
  • Septembre 2013
  • La lettre de juillet août 2013 : France-Australie...
  • La lettre de juin 2013
  • La lettre de mars 2013
  • Editoral septembre 2012 : célébrité en anesthésie
  • Editorial - novembre 2011 Bis
  • 25e Réunion - septembre 2011
  • editorial mai 2011
  • Editorial Quoi de neuf en 2011
  • Editorial : Origines du secret médical
  • Editorial mars 2010 modif webmaster
  • Editorial novembre 2009
  • Editorial novembre 2008
  • Editorial janvier 2009
  • Editorial novembre 2009
  • Editorial février 2010
  • Actualités mai 2016


  • Articles connexes

  • La noyade (extrait de La médecine des accidents)

    Les tractions rythmées de la langue, moyen rationnel et puissant de ranimer la fonction respiratoire et la vie.

    Pendant qu’ils dorment

    Les pionniers de la médecine routière

    Anesthésie, Analgésie, Réanimation, SAMU Notre histoire de 1945 aux années 2000

    In mémoriam

    Hommage à Louis LARENG

    Jacques Hotton , Cazalaà Jean-Bernard , Christian Virenque

      mise en ligne : lundi 4 novembre 2019




    Le Pr Louis Lareng, fondateur du Samu, est décédé dimanche 3 novembre 2019 à l’âge de 96 ans.

    Communiqué de presse publié par le CHU de Toulouse

    C’est le dernier pionnier de la première génération de l’anesthésie-réanimation moderne qui nous quitte. Il a été un élément moteur important pour notre spécialité.


    crédit photo : EGORA, 04/11/2019

    Le témoignage de Christian Virenque

    Né dans le tout petit village d’Ayzac-Ost en Bigorre, Louis Lareng est un « petit paysan » parlant patois avec l’accent rocailleux. Orphelin, il est élevé par une tante. Grâce à une bourse, il suit des études secondaires à Tarbes et médicales à Toulouse. Il passe sa thèse de doctorat d’Etat en 1955. Reçu au concours d’internat, il occupe les fonctions de chef de clinique en médecine puis s’oriente vers l’anesthésie qu’il pratique en qualité d’assistant. En 1962, il réussit l’agrégation d’anesthésiologie qui vient d’être crée.
    Il organise l’anesthésie dans les divers blocs opératoires mais aussi l’enseignement du Certificat d’Etudes Spéciales en Anesthésie-Réanimation.
    En même temps, il démarre la réanimation au niveau d’une mini-unité implantée dans le service des Maladies Infectieuses, le bloc Lassen, lançant la respiration artificielle par poumons d’acier et appareils d’Engstrom.
    Les transports inter-hospitaliers médicalisés démarrent pour acheminer à Toulouse des patients ventilés par une cuirasse thoraco-abdominale. L.Lareng faisait du SAMU sans le savoir !
    1968 est une date charnière dans la carrière de Louis Lareng. Il a en effet fait construire un pavillon, le Bloc de Réanimation Respiratoire. C’est là qu’il implante le SAMU. Le professeur Lareng devient urgentiste d’abord en préhospitalier puis à l’accueil. Il va faire, aves succès, la promotion de son « invention » dans le monde entier.
    Cette même année, il s’engage comme responsable universitaire et devient le premier président de l’Université Paul Sabatier.
    A sa cessation d’activités hospitalières, en 1989, il innove encore, créant l’Institut Européen de télémédecine puis développant la e-santé et en assurant sa promotion internationale.
    Tout au long de cette carrière exceptionnellement longue et bien remplie, Louis Lareng a affronté conflits et oppositions. Travailleur infatigable, il a, chaque fois, gagné du fait de ses qualités en matière de relations humaines et sociales et de sa capacité à convaincre collègues, institutions et médias. Ayant occupé de nombreuses charges électives, il a su les exploiter. C’est le conseiller régional Louis Lareng qui obtient l’aide de la région Midi-Pyrénées pour lancer l’hélicoptère hospitalier. C’est le député Lareng qui a fait voter la loi de 1986 qui consacre le SAMU.
    Exemple d’une ascension sociale et républicaine spectaculaire, largement récompensés par les plus prestigieuses décorations, il a constamment déployé un humanisme exemplaire largement reconnu. Il accompagne les équipes du SAMU au Ministère de l’Intérieur lors de la remise de la médaille « courage et dévouement » après l’explosion de l’usine AZF.
    En 2008, le CHU de Toulouse inaugure le pavillon Louis Lareng, nouveau siège du SAMU.
    Passionné, et toujours en avance sur son temps, défricheur, visionnaire, Louis Lareng a mis en pratique la doctrine de la réduction des inégalités sanitaires, dans un premier temps dans la cadre de l’urgence médicale, puis dans celui de la médecine en général. Donner à tous les meilleures chances de survie et de guérison, en diminuant la part de hasard et en optimisant les progrès technologiques pour abaisser la fréquence de la mort prématurée et injuste, c’est le message que nous avons reçu et que nous transmettrons à nos successeurs.
    Christian Virenque

    Elu et réélu Président de la Société Française d’anesthésie d’Analgésie et de Réanimation (SFAAR) de 1964 à 1972, Louis Lareng développe les rapports de la SFAAR avec les pouvoirs publics. Il obtient qu’un enseignement de l’anesthésie et de la réanimation soit dispensé au cours des études de médecine. Il fait connaître la Société et obtient en 1966 qu’elle siège au sein de la World Federation Societies of Anaesthesiologists (WFSA).

    Réanimateur dans l’âme, il a réussi que la réanimation (chirurgicale et médicale) fasse partie intégrante du département d’anesthésie. Il a inventé le premier SAMU de France, la télémédecine et surtout il a fait voter la loi SAMU quand il était député à L’Assemblée Nationale.

    A l’ initiative de Bruno Chavagnac,nous avions eu le plaisir et le privilège de l’ écouter en 2008 à Lyon, à l’ occasion des « 60 ans de l’anesthésie à Lyon (1948-2008) » que vous pouvez revoir grâce au lien suivant :
    video part 3

    Toujours actif, ainsi au congrès des Samu en juin 2013, à l’âge de 90 ans sa conférence a été remarquable lors du lancement de notre livre du CHAR sur cette histoire.

    Tous ceux qui l’ont connu, le regretteront.

    sur le site du CHAR

     60 ans d’anesthésie à Lyon
     Les pionniers de la médecine routière
     Le 50e anniversaire de la création du SAMU de Toulouse

    On pourra lire avec grand intérêt le dossier consacré par la revue d’actualités médicales en ligne EGORA, également disponible pour les abonnés en version papier aux liens suivants :

    Témoignage

    Comment j’ai créé le Samu en cachette
    Par Catherine Le Borgne le 04-11-2019, Article initialement publié le 14 mars 2018
    www.egora.fr/

    Personnalités

    Au Revoir « Loulou »
    Par Alexis Dussol le 04-11-2019

    www.egora.fr/actus-pro/