CLub de l'Histoire de l'Anesthésie et de la Réanimation

  • Articles scientifiques

  • Place des ’préservatifs’ dans les épidémies
  • Apport de la deuxième guerre mondiale pour la transfusion sanguine
  • John Snow (1813-1858) premeir médecin anesthésiste mondial.
  • L’Hémospasie : Une technique d’anesthésie générale insolite
  • Latta aux prémices de la réanimation
  • Les débuts de l’anesthésie au Québec (1608-1955)
  • Indications étonnantes de l’utilisation du chloroforme
  • Peter Safar - Histoire de la Réanimation Cardio Pulmonaire (RCP)
  • L’anesthésie anglaise dans une thèse française
  • Histoire de l’oxygéno thérapie inhalatoire jusqu’en 1940
  • Frolics Parties, histoire de l’usage récréatif du protoxyde d’azote
  • COVID 19 : la CPAP BOUSSIGNAC ® à l’honneur
  • Evolution des IADE 1945-2018
  • 20 ans de livres anciens d’anesthésie
  • Discussion session Sfar/Char du 20 septembre 2019
  • Les 20 ans du Club de l’histoire de l’anesthésie et de la réanimation
  • L’avenir de l’anesthésie française
  • Les progrès de la sécurité en anesthésie
  • Evolution des techniques de l’anesthésie générale de 1960 à nos jours.
  • Anesthésie Vétérinaire
  • Amygdales
  • Réanimation des noyés. Les clystères à fumée de tabac.
  • Histoire de la découverte de la circulation sanguine
  • La syncope de Champollion
  • Histoire des congrès de la SFAR
  • Paul Janssen et le R875
  • Un Samu à la montagne
  • Charles-Gabriel Pravaz (1781-1853), inventeur de la seringue ?
  • De Toulouse à Rennes
  • People et anesthésie
  • Le stéthoscope de Laennec
  • Appareil Narko - H. Braun
  • Profession : anesthésiste
  • Expériences de mort imminente
  • Origine des transplantations d’organes : la greffe rénale.
  • Lavoisier et Laplace : leurs héritages pour l’anesthésiologie
  • Histoire de l’hôpital cardiologique de Bordeaux
  • L’anesthésie locale par réfrigération
  • Le syndrome post-traumatique
  • Le service de réanimation de l’hôpital Claude Bernard en 1960
  • 1906 : une commission pour honorer Horace WELLS
  • Le cyclopropane : une aventure explosive et bénéfique ?
  • Le rôle déterminant des médecins dans la création de la médecine aéronautique pendant la grande guerre
  • La recherche fondamentale en anesthésie.
  • L’anesthésie-réanimation-transfusion pendant la première guerre mondiale
  • Histoire de la curarisation
  • Ils se sont opérés eux-mêmes sous anesthésie régionale.
  • 60 années d’anesthésie en Belgique
  • Le SMUR : à « l’Est » également ...
  • Chemical warfare agents
  • Les armes chimiques
  • La contribution de Victor Pauchet à l’anesthésie locorégionale : Pauchet, Sourdat, Labat et les autres
  • F.A. MESMER : le dernier magicien du 18° siècle
  • Philip Raikes Bromage : 1920 - 2013
  • Livret des résumés des communications de la 29éme réunion scientifique du Char
  • L’anesthésie réanimation française en 1950 et en 1958
  • Médecine monastique
  • le R.P.R
  • Enfantement du paléolithique à nos jours
  • Premières anesthésies dans le monde
  • Hypnotisme et le Dr Knowles
  • Raimu dernière victime du chloroforme ?
  • Ces auteurs qui n’ont jamais existé : Student, N. Bourbaki et la figure emblématique de la référence erronée, O. Uplavici
  • Des effets physiologiques et therapeutiques des ethers
  • Les pionniers de la médecine routière
  • Les grandes épidémies
  • L ??analgésie hypnotique à travers l ??histoire médicale
  • La vie de Joseph Thomas Clover (1825-1882)
  • Appareils et méthodes d’anesthésie de J T Clover (1825-1882)
  • Les méthodes asiatiques ancestrales de réanimation sont elles efficaces ?
  • Pratique de l’anesthésie réanimation au cours de la bataille de Dien-Bien-Phu
  • Traité de la Saignée
  • Méthodes non médicamenteuses d’analgésie et d’anesthésie citées dans le Corpus d’Hippocrate
  • Les premières anesthésies en Poitou-Charente
  • La Société Française d’Anesthésiologie d’hier à aujourd’hui
  • Histoire de l’anesthésie pédiatrique à Paris
  • Evolution de la réanimation au cours des conflits armés
  • Evolution du Transport sanitaire d’urgence au cours des conflits armés
  • Alcool et médications dans l’antiquité
  • Découverte de l’antisepsie et de l’asepsie chirurgicale
  • Evolution de l’anesthésie au cours des conflits armés
  • Gamma OH : naissance, intérêt, déclin (?).
  • Les dangers de l’anesthésie par éther et chloroforme
  • Histoire de l’hyperthermie maligne de l’anesthésie
  • Histoire de l ??autotransfusion
  • Histoire des Infirmiers anesthésistes
  • Hôtel-Dieu de Poitiers - Protocoles d’Anesthésie - 1936 - 1940
  • Histoire des injections intra-veineuses
  • La Peste à Lyon en 1628/1629
  • Réanimation pédiatrique
  • Méthodes d’analgésie décrites par Pline l’Ancien
  • L ??oxygène
  • Histoire des premières recommandations de la Société Française d’Anesthésie et de Réanimation
  • Raphael Dubois et sa machine à anesthésier
  • Règles pour l’anesthésie selon Baudens
  • Sicard Cathelin et l’Anesthésie Péridurale
  • Une aventure éditoriale singulière : Agressologie
  • Voies ectopiques d’admission de différents agents d’anesthésie
  • D’Hippocrate à Maimonide, l’humanisme médical et la déontologie
  • Contribution de Claude Bernard à l’Anesthésie
  • Poids et mesures qui sont d’usage en médecine
  • Liberté des voies aériennes supérieures (1re partie)
  • Naissance de l’anesthésie à Bordeaux
  • à propos de 80 anesthésies par inhalation d’éther
  • La noyade (extrait de La médecine des accidents)
  • Mort apparente due au chloroforme et choc électrique
  • Cyprien Oré : Découverte de l’anesthésie intraveineuse
  • L’Anesthésie rachidienne a cent ans
  • nouveau LAROUSSE MEDICAL illustré
  • Moyen pour éviter la confusion des médicaments
  • Première mesure de la pression veineuse périphérique par voie sanglante
  • Une année d’anesthésie lombaire à la novocaïne en 1910
  • Anesthésie pédiatrique - Chirugie Infantile
  • Aspects actuels de l’anesthésiologie .
  • Premier congrès national d’anesthésie (Livret)
  • Deuxième congrès national d’anesthésie (Livret)
  • Troisième congrés national d’anesthésie (Livret)
  • Aperçus sur le développement de l’anesthésie chirurgicale à l’Assitance publique de Paris (1846-1965)
  • Les Aphorismes d’Hippocrate
  • Le choix de l’anesthésie au cours de la première guerre mondiale
  • Seishu Hanakoa (1760  ?? 1835)
  • Vie et mort d ??Horace Wells
  • Arrivée de l’Ether en France, de Boston à la communication de Malgaigne..
  • L’histoire du mot « curare » : du mythe (Raleigh) à la réalité (Gumilla et La Condamine)
  • Le Pulmoventilateur du Pr. Charles Hederer.
  • La Transfusion sanguine pendant la Grande Guerre
  • Henri Laborit - un littéraire rebelle converti à la science.
  • Histoire et évolution de l’anesthésie pédiatrique


  • Articles connexes

  • Liberté des voies aériennes supérieures (1re partie)

    Le Musée d’Anesthésie et des Techniques Médico-Chirurgicales de Franche-Comté

    Méthode d’éthérisation par le chloroforme et l’éther sulfurique. expliquant les différentes causes des insuccés et des accidents nerveux qui se manifestent quelquefois pendant l’éthérisation. Moyens à employer pour prévenir ces accidents.

    nouveau LAROUSSE MEDICAL illustré

    L’anesthésie au cours des âges

    L’Hémospasie : Une technique d’anesthésie générale insolite

    Dupré Louis-Jean

      mise en ligne : lundi 26 juillet 2021




    Obtenir l’anesthésie en déclenchant une perte de connaissance par des moyens physique est une technique très ancienne, Chez les Assyriens, les Sémites et les Egyptiens, les circoncisions pouvaient être réalisées avec la compression des carotides. Cette méthode n’a pas vraiment été utilisée en Europe. Seule la compresson nerveuse pour obtenir l’anesthésie locale a été réellement utilisée.

    Junod 1875 hemospasie

    Victor Theodore Junod (1809-1881) est né dans le Jura suisse. Cette origine montagnarde l’a amené au début de ses études de médecine alors qu’il n’avait que 20 ans, à parcourir les Alpes, les Pyrénées, l’Etna, en s’intéressant aux effets de l’altitude sur le corps humain. Il s’est particulièrement penché sur les notes prises par le Docteur Michel Gabriel Paccard (1757-1827) lors de la conquête du Mont-Blanc en 1786. C’est ce qui l’a incité à développer les techniques d’aérothérapie que ce soit par compression ou par dépression.

    L’hémospasie (du grec : attire le sang) consiste à isoler une ou plusieurs parties du corps dans un espace rigide clos pour y faire un certain degré de vide et ainsi attirer une partie du sang à ce niveau. A l’arrêt de la dépression, le sang reprend sa place dans l’organisme. Junod donna le nom de dérivateurs aux instruments qu’il fit construire. Ces appareils ont d’abord été fabriqués en cristal (fig1), ce qui permettait de voir au travers, mais par la suite en cuivre pour en réduire le coût et en faciliter l’entretien. Un manchon de caoutchouc à l’extrémité permettait d’assurer l’étanchéité. Un petit robinet relié à une simple pompe (plus tard équipée d’un manomètre) pour faire la dépression ou laisser secondairement rentrer l’air très progressivement. Ces appareils ont été au catalogue de la maison Charrière entre 1844 et 1867. (fig 2)

    Junod proposa d’abord cette technique dans le traitement de certaines phlegmasies, mais très vite il multiplia les appareils et les indications. Il présenta à partir de 1835, de nombreux mémoires sur cette technique thérapeutique à l’Académie des Sciences. Un de ces article est intitulé : « Mémoire sur les effets anesthésiques de l’hémospasie » et aurait été inséré selon l’auteur dans la Gazette Médicale de 1838 (Malheureusement nous ne l’avons pas retrouvé dans cette revue). L’auteur avait recours à des hémospases allant jusqu’à la lipothymie et la syncope pour supprimer la douleur dans certaines opérations chirurgicales de courte durée nécessitant un bon relâchement musculaire.

    L’hémospase peut être divisée en trois stade, l’hémospase simple, l’hyperhémospase et l’hémospase lipothymique qui aboutit à la syncope. C’est elle qui est utilisée pour l’anesthésie. Cette phase est obtenue en installant un appareil sur chaque jambe et en utilisant un décliveur, qui est un lit permettant la verticalisation (fig 3). L’anesthésie est ainsi obtenue en moins de 30 minutes. Lors de la manipulation, l’auteur rapporte une discrète hypothermie, un affaiblissement du pouls et une bradycardie. Le réveil est obtenu en quelques minutes en laissant entrer l’air dans les appareils et en inversant la position du décliveur. Si les fonctions intellectuelles récupèrent très rapidement, il faut plus de 48 heures pour récupérer le volume initial des membres inférieurs. Junod ne retient pas de risque de phlébite

    La quantité de sang déplacée a pu être estimée en remplissant l’appareil en place, d’eau dont on apprécie le volume. A la fin de l’hémospase, on recommence l’opération. La différence de volume correspond pour l’auteur, à la quantité de sang déplacé. Dans une hémospase simple ce volume est d’environ 1.5 litres et dans une hémospase lipothymique, de 3 à 3.5 litres.

    Parmi les interventions réalisées avec ce type d’anesthésies par l’auteur, il rapporteune luxation irréductible du bras, une opération de la cataracte, une exploration d’une plaie oculaire (sur un médecin), des réductions de hernies étranglées …

    Technique surprenante, l’anesthésie hémospasique n’a duré que très peu de temps avec l’apparition de l’anesthésie par inhalation. Les indications étaient limitées à des gestes très courts. Il ne semble pas non plus, que les confrères de Junod aient été convaincus par le côté anodin de la technique, vanté par l’auteur.

    Junod a publié de nombreux ouvrages sur l’hémospasie et sa technique sera reprise par de très nombreux auteurs au XIX° siècle. Mais le travail le plus complet est : Junod VT. Traité théorique et pratique de l’hémospasie. Paris, G Masson, 1875, 380p.

    Figure1 : Bourgery.Traité complet de l’anatomie de l’homme, 1839, figure 28

    Figure 2 : Dérivateur du membre inférieur de Junod. © Alex Peck Medical Antiques (avec l’aimable auutorisation d’Alex Peck)
    © Alex Peck Medical Antiques


    Figure 3 : Le décliveur. : Junod VT. Traité théorique et pratique de l’hémospasie 1875