CLub de l'Histoire de l'Anesthésie et de la Réanimation

Besançon : le musée de l’anesthésie en danger

L’hopital Saint Jacques est amené à disparaitre

Jacques Hotton

date de publication : 21 juillet 2020

  mise en ligne : jeudi 1er septembre 2022




Le CHU de Besançon envisage depuis plusieurs années la transformation des bâtiments et locaux de l’ancien Hôpital Saint Jacques, situé en centre ville.
En avril 2017, lors de l’appel à projet pour la reconversion du site, le CHU reconnaissait le caractère historique de cet ancien hôpital, datant de 1686.
https://www.chu-besancon.fr/museum/
Dans l’avenir, ce « joyau de patrimoine architectural » deviendrait , « afin de préparer la Médecine de demain, la Cité du savoir et de l’innovation » comprenant un pôle universitaire, une médiathèque , des locaux de congrès ainsi que des structures d’hébergement universitaires et hôteliers.
https://www.chu-besancon.fr/le-chru/actualites-du-chru/actualite/saint-jacques-lancement-de-lappel-a-projet-pour-la-cession-site.html
En décembre 2019, le promoteurs Adim Vinci a été retenu par le CHU, propriétaire du site comme opérateur de cette transformation. Ce dossier de cession entérine le déplacement de toutes les structures de soins vers le site de Jean-Mingoz à l’ horizon 2025 afin de permettre la transformation du site de Saint Jacques. La Ville et la Métropole de Besançon se réservent l’acquisition de surfaces à fin de réalisation de jardins et voies de circulation .
https://www.macommune.info/site-saint-jacques-le-chu-de-besancon-et-adim-vinci-ont-signe-la-promesse-de-vente/
Mais rien n’est expressément mentionné quant au devenir de l’hôpital, datant du XXe siècle, et de son bloc opératoire, pourtant classé depuis 2012 a l’inventaire des Monuments Historiques

Le bâtiment, les collections d’instruments rassemblés dans plusieurs pièces et bien sûr, sa salle d’opération historique avec sa coupole et ses hublots d’observation, rare vestige des conceptions de l’architecte montbéliardais, André Walter sont aujourd’hui en grand danger. Les locaux doivent être totalement libérés avant juin 2021.
Selon Alain Neidhardt, concepteur et animateur de l’hôpital-musée Saint Jacques depuis l’an 2000, un éventuel transfert de ce bloc, et non de la seule coupole, sortis du bâtiment historique idoine, ne peut être une solution satisfaisante .
https://www.estrepublicain.fr/culture-loisirs/2020/06/17/besancon-le-musee-de-l-anesthesie-lutte-pour-sa-survie
A ce jour, le musée de l’anesthésie et des techniques médico-chirurgicales de Besançon , qui a fêté en 2015 ses quinze ans, lutte pour sa survie ; Alain Neidhardt frappe à toutes les portes pour éviter sa disparition.
https://france3-regions.francetvinfo.fr/bourgogne-franche-comte/doubs/besancon/besancon-quel-avenir-musee-anesthesie-hopital-saint-jacques-1852026.html
Notre Club de l’Histoire de l’Anesthésie et de la Réanimation lui apporte un soutien sans failles dans ses démarches pour la préservation de ce chef-d’œuvre hélas aujourd’hui dangereusement en péril.
Espérons que le musée médical de Besançon ne s’ajoutera pas à la liste déjà longue des fermetures de Musées : Hôtel-Dieu de Lyon , APHP Paris, ...

Affichage de démolition ; hôpital St Jacques Besançon

Fevrier 2021 : le problème reste entier et les inquiétudes persistent, comme le rappelle Alain Neidhardt dans l’ article ci-joint du journal Vosges Matin (22 janvier 2021)

(de nombreuses illustrations en couleurs sont disponibles sur les sites référencés dans le texte)


Voir en ligne : En 2008, Monique et Alain Neidhardt nous faisaient visiter le musée.


Actualisation de l’ été 2022
Le caractère patrimonial du site semble avoir été pris en compte dans une modification récente du projet immobilier . Les destructions de voisinage sont actuellement bien avancées, mais le bâtiment hébergeant le bloc classé serait conservé. Cependant , aucun financement n’est assuré pour son entretien, et encore moins pour sa restauration. En effet, ces locaux se dégradent et ne sont plus chauffés . Le couple Neidhardt, initiateurs puis animateurs du site, a dû s’en éloigner ; un groupe de passionnés, tous issus du monde de la santé, assure bénévolement la relève . Les visites guidées, supprimées depuis deux ans en raison de ces difficultés administratives et de la crise sanitaire, ont repris afin de perpétuer la valorisation du site. Outre le site lui-même, la richesse et la variété des instruments exposés mérite toujours largement le détour.

le spirographe de Maurice CARA
au musée de l’ anesthésie St Jacques de Besançon

Portfolio